Aischa se sent encore un peu mieux.

Comme nous l'avons signalé il y a quelques jours, Aischa a été victime d'une attaque de paludisme.

De nombreuses personnes en Afrique souffrent du paludisme.

En fonction du "taux d'infection" et de la "réinfection", les personnes développent des convulsions fébriles à intervalles irréguliers et sont littéralement "déchirées" par les jambes. Les crises ressemblent à un rhume et sont accompagnées d'une fièvre violente et parfois très forte.

Les gens sont très touchés.

Si une personne est touchée par le paludisme, toutes ses activités sont arrêtées. Avec plus de fièvre 40 °, personne ne peut effectuer ses activités habituelles.

Les personnes touchées si jeunes peuvent récupérer après quelques jours, mais il s'agit souvent de dommages à long terme. Les rechutes ne sont pas rares et le corps a de plus en plus besoin de se régénérer avec l'âge.

Le paludisme entraîne souvent la mort lorsque la circulation sanguine ne parvient tout simplement pas à lutter contre la maladie.

Le paludisme est un otage de l'humanité.

Par conséquent, nous avons décidé dans notre plan de lancer un programme de prévention de la santé pour les personnes ici.

Ceux-ci incluent les points suivants:

  1. Fournir de l'eau potable. - est en opération.
  2. Fournir des médicaments d'urgence. - sont disponibles.
  3. Fournir des moustiquaires. Déjà, les familles 25 ont reçu chacune une moustiquaire.
  4. Renforcez le système immunitaire grâce à une alimentation saine.
  5. Transmettre des connaissances sur la médecine alternative. - déjà sur le chemin.
  6. Cultivez vous-même des herbes médicinales contre le paludisme. - Commencez dans les prochaines semaines.
  7. Formation continue et échange d'expériences entre les femmes des communautés villageoises ou des quartiers. - prévu dans les prochaines semaines.