Notre système de filtration d'eau a été arrêté par les douanes sur le chemin du peuple de Daloa.

Comme nous l'avons signalé avant Noël, nous avons envoyé un système de traitement de l'eau potable à Daloa.

Cette fois, nous l'avons fait officiellement pour le test et avec le soutien des fondations Schmitz.

Cela signifie que nous avons fait effectuer le transport par un transitaire et par fret aérien.

Tout s'est bien passé du côté allemand. Le colis a été traité le plus rapidement possible par la douane et amené à Abidjan par avion.

Le package a été corrigé ici depuis des semaines maintenant.

La raison pour laquelle le transitaire ivoirien est que l'envoi doit être vérifié et que cela prend du temps.

Nous avons déjà reçu une facture de douane et de traitement.

Notre association partenaire doit cependant ouvrir un compte en douane, sinon le colis ne pourra pas être débloqué. Le coût du traitement s'élève déjà à près de 800 €. Pour rappel, le réseau d'eau potable a coûté 700 € net. Avec la TVA (dont nous en tant qu'organisation à but non lucratif ne sommes pas exonérés dans ce cas) les frais de transport, de douane et de traitement, nous sommes actuellement à 2500 €.

Lorsque nous avons apporté le premier filtre à Daloa, cela ne nous a coûté que 833 €, car nous avons pris le colis comme excédent de bagages dans l'avion.

Nous devrons le faire à nouveau à l'avenir, car sinon nous ne voudrons tout simplement pas nous permettre le traitement de l'eau potable. Nous ne voyons pas que le coût des douanes et du transport dépasse de loin le coût du filtre.

En fait, nous voulions apporter plus que quelques filtres à Daloa. Notre objectif était en fait de fournir aux enfants et aux adultes pauvres et nécessiteux de l'eau potable dans les écoles de cette ville.

Nous avons choisi les écoles parce qu'elles occupent une position centrale dans la communauté et sont très populaires. L'école ou la cour d'école offre également une certaine protection pour l'installation. Parce qu'un tel système pourrait aussi susciter des désirs s'il n'est pas protégé. Dans le passé, l'école était généralement près d'un point d'eau ou d'un puits pour que les enfants puissent y boire de l'eau.

Maintenant, il y a généralement un robinet près de l'école où les paroissiens peuvent obtenir de l'eau. Cependant, cette eau n'est généralement pas potable. Parce qu'ici, l'eau qui est fournie par l'approvisionnement public en eau n'est pas comparable aux valeurs en Europe.

L'eau potable est une denrée particulièrement précieuse ici, qui ne peut être achetée que dans des bouteilles en plastique.

Nous voulions changer cela et aussi pour toutes les autres écoles de Daloa. Mais si le prix des douanes et du transport des systèmes de traitement de l'eau est aussi exorbitant que dans ce cas, nous ne pouvons tout simplement pas nous le permettre. Nous ne voulons pas non plus jeter l'argent de nos donateurs dans les institutions. Elle devrait bénéficier aux pauvres, aux nécessiteux et aux enfants les plus faibles de la société.

Nous continuerons à faire rapport.